09/09/2014

Budget de la Ville : même pas peur!

 

Hier soir le Conseil municipal de la Ville de Genève décidait d’entrer en matière sur le projet de budget 2015 et de le renvoyer, pour étude, en commissions spécialisées.

Première donnée : le budget est à l’équilibre. Premier chiffre : les recettes nettes augmentent de 1,5% et du coup, patatras !, les charges absolument tout autant…

Pas de doute, il y a là une vraie vision d’ensemble : celle du tout va bien, les gens et les entreprises continuent à payer des impôts, profitons-en.

En termes d’étonnement, on relèvera un fait cocasse.  Les entreprises et les bons payeurs sont les bienvenus au moment d’élaborer un budget, alors que leur image est régulièrement mise à mal par la plus grande partie des membres de l’exécutif.

Rappelez-vous par exemple des moments difficiles lors de la fermeture de Merck Serono. Les cols blancs et leur avenir professionnel avaient été fustigés et ce, au seul prétexte de n’être pas assez bleus.

Sur cela nous aurons l’occasion de revenir. Mais comment donc  comprendre aujourd’hui que les revenus supplémentaires ne soient pas repensés dans un ensemble ? N’est-ce pas aujourd’hui l’occasion d’un bilan?

Eh bien, pour cela, nous repasserons. L’argent entre, c’est bien. Demain est un autre jour et aucune raison ne justifie apparemment de se faire le moindre souci…

 

cri.jpg

Le cri – E. Munch

http://monfilmculte.com/anecdotes/cri-wilhelm-son-prefere-monteurs-cinema

En résumé, en Ville de Genève, prévenir pour éviter de guérir, revient à être grossier et menaçant!

Mais pourquoi diable ne pas inverser la tendance et lire dans la prudence la voie de la raison ?

Vous savez, celle qui permettra aux générations actuelles et futures de vivre durablement dans une belle et agréable cité…

10:27 Écrit par Natacha Buffet dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

08/09/2014

Piscines publiques : envie d'un grand plouf?

 

Les chiffres annonciateurs de l’automne sont là. On apprend que la culture et les loisirs se taillent la part belle du fromage budgétaire de la Ville de Genève et constituent plus du tiers de ses charges nettes.

Et parmi les loisirs, il y a les loisirs sportifs et parmi eux encore, il y a la fréquentation sportive, éducative ou encore furtive des piscines.

L’engouement pour les bains n’est plus à démontrer ; j’en veux pour preuve le succès toujours grandissant des bains publics estivaux qui fleurissent un peu partout en Suisse.

Fréquentation des bassins couverts, il y a aussi. Fréquentation quasi-massive, il y a sans doute, à en croire le nombre de personnes qui souhaiteraient pouvoir s’adonner davantage à leurs plaisirs aquatiques, surtout quand il fait froid dehors !

Les Vernets et Varembé, piscines bien connues des Genevois, sont ainsi ouvertes 79,5 heures par semaine : une fois à 12h,  quatre fois à 7h30, pour fermer une fois à 18h et quatre fois à 20h…

Une simple comparaison entre Genève et la proche Lausanne nous permettra de relever que notre ville offre seulement une heure supplémentaire hebdomadaire d’ouverture par tranche supplémentaire de 5500 habitants.

Est-ce bien agréable et bien viable ?

La nécessité est aujourd’hui de se pencher plus précisément sur les pratiques sportives et ludiques des gens, calquées elles-mêmes sur des horaires de travail et de vie exigeants.

Inspirons-nous donc de ce qui se fait de mieux et songeons aux personnes qui souhaitent commencer ou terminer leur journée de travail par un petit plongeon en eau couverte.

Une ouverture à 7 heures et une fermeture des bassins à 22 heures pendant la semaine constitue donc une bonne réponse aux bassins bondés ou inaccessibles, car encore ou déjà fermés.

index.jpg

www.badi-info.ch

 

En bref, souhaitons des piscines publiques aux heures d’ouverture plus adaptées au rythme de la population. Souhaitons une cité qui s’adapte, qui évolue avec son temps et qui offre un cadre de vie adapté aux besoins de ceux qui l’habitent et l’animent.


10:46 Écrit par Natacha Buffet dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |