05/10/2017

Demain, tous artificiellement intelligents? Vite, un transhumanisme humaniste!

Natacha Buffet-Desfayes, 5 octobre 2017


A l’heure où le Docteur Laurent Alexandre secoue les esprits par des déclarations liées à l’avenir (sombre) de nos enfants - « L’école forme des enfants qui vont être laminés par l’intelligence artificielle » - la question de la place l’intelligence artificielle dans la société et dans formation se pose clairement.


Elle se pose même violemment, car les jeunes d’aujourd’hui seront les travailleurs de demain et qu’ils sont déjà en ligne de mire dans la problématique des centaines de milliers d’emplois actuellement existant et sans nul doute disparus à l’horizon 2030.


En effet, après l’automatisation, la robotisation et la numérisation de la société, voici venu le temps de l’intelligence artificielle capable de compléter, mais aussi de plus en plus souvent capable de suppléer, non plus seulement physiquement, mais aussi intellectuellement les êtres humains.


Ainsi, ce ne sont plus seulement les emplois qui nécessitent des capacités physiques, mais aussi ceux qui en appellent à des compétences réflexives qui sont sérieusement mis en danger par l’intelligence artificielle. Difficile de le nier et de faire comme si de rien n’était, « en attendant que ça passe ».


Un tel constat a, évidemment, un impact très fort sur la société d’aujourd’hui qui doit se préparer à celle de demain, mais le bâs blesse, car la technologie évolue et progresse à vitesse exponentielle, alors que l’Homme non. Alors, comment faire pour se préparer au mieux à la vague d’intelligence artificielle qui nous submergera si nous ne parvenons pas à surfer sur elle ?


La réponse, en terme de formation des jeunes ne se situe pas, selon moi et contrairement à l’avis du Docteur Alexandre, dans les seules Humanités, excluant par là même tous les apprentissages techniques.
La maîtrise des savoirs techniques et technologiques permet, en effet, de mieux appréhender les difficultés qui se profilent très clairement à l’horizon et de les intégrer à la pratique professionnelle plutôt que de chercher à les exclure, ce qui paraît impossible.
Les Humanités, quant à elles, constituent le meilleur moyen d’appréhender les difficultés d’un monde en mutation technologique rapide et ce, grâce à un sens critique aiguisé qui permettra l’adaptation de l’être humain.
Ainsi, les Humanités ne fonctionnent pas, dans la formation, sans savoirs techniques et les savoirs techniques ne fonctionnent sans les Humanités et cela, la Suisse et son système d’apprentissage l’a compris depuis longtemps. Ce qu’elle n’a cependant pas encore intégré – et elle n’est de loin pas un cas isolé – c’est qu’il faut préparer dès aujourd’hui les jeunes à l’avenir artificiellement intelligent qui toque à leur porte.


Un médecin devrait, par exemple, en plus de ce qu’il fait déjà - à savoir exercer son savoir et son intelligence sociale, qui elle n’a rien d’artificiel ! - connaître et maîtriser les fonctionnements intrinsèques de l’intelligence artificielle qui, sans cela, le suppléera complètement, par exemple, dans la pose de diagnostics.


Pareil pour un enseignant qui ne devra plus « se limiter » à la construction d’une culture générale et à l’aiguisement du sens critique, mais devra connaître et maîtriser l’intelligence artificielle qui envahira, sans nul doute, aussi la formation. Cela devrait permettre d’avoir des technologies intégrées à la formation, et qui constitueront une excellente base de départ, mais qui seront améliorées par l’être humain.

Notre manière de penser l’avenir doit donc rapidement être inversée : ce n’est plus l’intelligence artificielle qui doit être une plus-value sur l’être humain, mais bien l’inverse.


C’est seulement comme cela que nous pourrons, selon moi, éviter de n’avoir, dans quelques décennies, plus que comme unique solution l’implantation de puces qui rendront nos enfants et nos adultes, artificiellement intelligents.

image.jpg


En bref, le transhumanisme oui, mais seulement s’il est humaniste !

13:13 Écrit par Natacha Buffet dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

Commentaires

L`IA a l`assaut des emplois, deux issues possibles. Un, les lobbies économiques s`en servent pour faire peur aux salariés et les inciter a accepter des salaires de plus en bas apres quoi les memes lobbies forcent les politiques a limiter la digitalisation/robotisation par l`imposition fiscale des technologies concernées. Deux, rien n`arrete la robotisation et le systeme économique basé sur le profit s`écroule du fait d`une hyper-inflation du chomage provoquant la destruction du pouvoir d`achat des masses consommatrices. A court et moyen terme, je parierais plutot sur le premier scénario.

Écrit par : J.S. | 05/10/2017

Après M. De Senarclens qui veut nous réveiller avec la blockchain, vous voici avec l'AI.
Malheureusement, lorsqu'on vous lit, vous et lui, on comprend que vous n'avez pas la moindre idée de quoi vous parlez. Mais au moins avez-vous l'intuition que c'est important. C'est déjà mieux que la plupart de nos élus. Mais faudra faire un petit effort pour creuser.

Écrit par : Pierre Jenni | 05/10/2017

Excellent article

Écrit par : lovejoie | 06/10/2017

Dans une logique capitaliste, pour que les riches continuent à s'enrichir, il faut des consommateurs.

Pour qu'un consommateur consomme, il faut qu'il ait du pouvoir d'achat.

La magnifique dynamique capitaliste, auto-proclamée-progresso-porteuse, qui

augmente sans cesse la fortune des plus riches, est condamnée par cette

désolante contingence.

Comme un trou noir, imitant les forces de la gravité, l'argent attire l'argent.

Les vilains qui n'ont en pas cassent le jouet : "C'est quoi l'argent ? On s'en fout !"

Ah, les Salauds !

Les robots supprimant le travail, non plus de la classe ouvrière ni de la

classe moyenne, mais de la classe dite "dirigeante" ?

On se réjouit de voir comment vont réagir nos "élites" à ce nouveau défi.

Écrit par : Georg | 06/10/2017

Effectivement beaucoup de gens parlent d'un sujet qui les dépasse.

Savez-vous déjà comment est conçu et fonctionne une simple télécommande de télévision, sans parler d'un objet commun tel que le téléphone mobile regroupant le savoir de millier (million?) de personnes aillant contribuées au fil de plusieurs décennies à toutes les technologies qu'ils renferment.

Le niveau de connaissances et la complexité derrière des objets du quotidiens échappe au commun des mortel. Les ingénieurs dont je fais parti esquisse des sourires pour ne pas froisser les personnes en face, tant l'accumulation de couche de savoir et de technologies les dépasse.

Tout le monde peut apprendre sur tout, mais tout le monde ne peut pas tout connaitre, tout comprendre, chacun dans la société doit trouver sa voie et jouer son rôle pour que nos société fonctionnent.

L'ingénieur à besoin du boulanger pour manger du pain, du fiscaliste pour faire sa déclaration d'impôt,... et inversement.

L'AI qui fait parti de mes domaines de recherche n'est pas du tout ce que le profane s'imagine être, encore une fois, il ne faut pas confondre les films se science fiction qui présentent une représentation d'une idée de ce qu'elle est vraiment. Au début il y a toujours un créateur qui y mettra ce qu'il est, sous forme de code, même si ce code auto évolue, cette évolution aura bien été codée au départ.

Pour ce qui est de l'automatisation elle est un risque et une chance à la fois, la question et qui va en profiter ? Comme dit par J.S plus haut, l'économie repose sur un équilibre fragile reposant sur un tissus économique d'entreprise et de consommateurs.
Automatisation->Baisse des emplois-> baisse de pouvoir d'achat->baisse de la consommation-> défalcation->baisse des revenus des entreprise->baisse des investissent->...

La vielle rengaine qui dit que de nouveau métier vont apparaître ne tient plus ici, car oui de nouveau métier vont voire le jour, mais par pour les personne de cette génération qui auront perdu leur emploi et également pas pour la majorité de nos enfants.

Le palier de connaissance et compétence à franchir pour atteindre ces nouveaux emplois est bien trop haut pour le plus grand nombre, même pour les plus jeunes génération qui vont entrer dans le monde du travail vont connaitre une sélection très dure. C'est déjà le cas avec les métier d'aujourd'hui, par exemple tout le monde ne devient pas médecin et tout le monde ne réussi pas les examens de médecine.

Au final : Les riches moins riches car leur avoir se dévalue, les pauvre plus pauvres car baisse des mesures sociales car baisse des revenus de l'état car baisse des revenus d'impôts directe et indirecte, ...etc... (version simplifié mais assez représentative.

Avec la technologie informatique c'est comme la bombe Atomique ou une arme biologique, c'est pas parce que que on sait/peut le faire qu'il faut le faire.

N'aillant plus vraiment à craindre de grand prédateur, l'homme s'invente de nouveaux tourments pour que sa vie soit moins douce.

Homo homini lupus est

Écrit par : T.S. | 13/10/2017

"Demain, tous artificiellement intelligents? Vite, un transhumanisme humaniste!"

Ou tous artificiellement idiots, asservis dès le plus jeune âge à la technologie de contrôle, courant après sa dose quotidienne de reconnaissance existantielle (la boucle image-son assurée par le "smartphone", avec le caméra-écran pour les yeux et le micro-écouteur-bouchon pour les oreilles), et après la recharge périodique pour le smartphone.

Quiconque contrôlant l'usage du "smartphone" et des autres appareils d'enregistrement audio et vidéo beaucoup plus performants que vous-même et vos propres capacités de détection, s'assure ainsi du contrôle physique et de mouvement permanent de l'individu, et le conditionne à exécuter des ordres sans discernement, sans les moyens de savoir si celui qui vous les donne est un homme comme vous, un homme plus idiot que vous, une machine automatique, une machine pilotée par un homme comme vous, ou une machine pilotée par un homme plus idiot que vous.

Soumis, serviles, esclaves, et impuissants.

"Tout le monde", _tout ceux qui contrôlent votre vie_, vous dit que vous ne pouvez plus vous passer de votre smartphone.

Que savez vous faire de plus qu'un esclave, ... sans votre smartphone ou votre PéCé ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Impuissance_apprise

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9or%C3%A8me_du_singe


Quelle différence entre votre smartphone-smartwatch avec écouteurs intégrés, et le bracelet électronique ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Surveillance_%C3%A9lectronique

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bracelet_de_cheville


Fruit du néo-libéralisme, l'ère du néo-esclavagisme et du "Smart Endoctrinement", où ce n'est plus des hommes qui vous _instruisent_ et vous disent ce que vous devez faire, et prennent le risque d'essuyer votre refus, mais des machines à qui vous ne pouvez rien refuser, ... pour lesquelles _l'endoctrinement_ est un _jeu_ ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Endoctrinement

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu

... comme l'est ... la torture ...

http://www.huffingtonpost.fr/2014/12/10/torture-cia-passages-terrifiants-rapport-senat-americain_n_6299652.html

Les Châtiments, Victor Hugo
https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Ch%C3%A2timents

Si je m'écorchais vif
Laurent Nunez
http://www.grasset.fr/si-je-mecorchais-vif-9782246790082

La différence entre ... la flagellation, ... l'auto-flagellation, ... et l'auto-flagellation sur commande de votre smartphone.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Flagellation

Écrit par : Chuck Jones | 14/10/2017

Titre de votre prochain travail de philosophie électronique (la e-philosophy, à ne pas confondre avec la iPhilosophy que vous pouvez acheter tout fait-tout cuit dans le Apple Store) ...


... "Demain, tous artificiellement dématérialisés ?"

https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mat%C3%A9rialisation


Il est suggéré de faire une cure de désintoxication de TéVé, de PéCé et de Smart-tout pendant quatre semaines au moins, avant d'écrire le premier mot, évidemment avec un crayon sur du paper, si vous estimez que le résultat de ce travail, la valeur ajoutée de votre réflexion, mérite plus d'attention qu'une publicité dématérialisée recyclée industriellement par la TdG.

Une piste est ... la relation entre ... bien sûr, ... la dématérialisation, ... et la _capacité de représentation_ ... du résultat de cette dématérialisation, ... sur le résultat du travail de chacun, ... et sur sa propre capacité à réaliser avoir "fini" un travail, ... pour avoir l'impression d'avoir contribué à produire ... une différence, ... pour recevoir récompense, ... et ainsi donner un sens à la vie, à l'univers, et à tout ce qui ne sert pas strictement à maintenir les fonctions biologiques d'un être humain.

Bon weekend !

Écrit par : Chuck Jones | 14/10/2017

Les commentaires sont fermés.